Comment bien nourrir les oiseaux du jardin ?

 

Les oiseaux sont des animaux qui apportent plus de convivialité dans nos jardins. Les nourrir, vous permettra de préserver ce climat gai et enchanté. Découvrez ici, les bonnes pratiques pour les nourrir.

Un régime particulier pour chaque espèce

Dans votre jardin, vous recevrez la visite de différentes espèces d’oiseaux. Pour éviter de faire des gaspillages, il est de bon sens de maitriser le régime adapté à chacun d’eux. Pour faire le bonheur des oiseaux frugivores,  optez pour un régime de fruits. Ce type de nourrissage ne sera pas seulement bien pour les oiseaux. Les graines qui se retrouveront dans leurs déjections offriront une occasion de reboiser votre jardin en arbre fruitier.

Si vous voulez accommoder les oiseaux insectivores, alors optez pour les baies et les petites graines. Les merles noirs, les pics épeiches ou les mésanges à longue queue raffolent de ce type de régime. Au passage, ils pourront se charger de régulariser la présence des insectes, des limaces ou des araignées dans l’écosystème.

Savez-vous que les oiseaux peuvent être utilisés pour lutter contre les mauvaises herbes ? Vous pouvez laisser les granivores s’occuper de ces herbes en printemps. Ces oiseaux au bec court tels que les moineaux et les chardonnerets apprécient aussi les insectes.

Penser aux lieux de nourrissage

Une erreur que nous faisons, c’est de disperser les aliments pour nos compagnons à plume. Cette habitude sur la durée désorganise la biodiversité. Il en vient à dérégler le cycle de reproduction de ces animaux. Alors, choisissez des endroits calmes et sécurisés pour les nourrir. Installez des mangeoires au pied d’arbre pour les petites et les espèces de taille moyenne. Pour les plus grands, il sera convenable d’installer des distributeurs de graines. Ce geste gardera longtemps ces oiseaux dans votre jardin.

En définitive, bien alimenter vos compagnons à plumes sera un moyen de contribuer à leur préservation. Et par ricochet, vous serez compté parmi les artisans de la valorisation de l’écosystème.